Conseil Municipal du 14/09 : intervention de Karine Savina sur la domination masculine dans le sport et en matière d’environnement
Partager

Monsieur le Maire
Chers collègues

Le rapport 13 suscite pour notre groupe beaucoup d’interrogations.

Avant tout, nous tenions à préciser que nous sommes fiers d’avoir des équipes féminines dans ces championnats aussi élevés.  Cela peut permettre à Dijon d’être la capitale du sport féminin comme les écologistes le défendent.

Nous apprécions le sport professionnel et en particulier le sport féminin et la réussite de ces équipes qui permettent de valoriser Dijon, en sachant que pour les écologistes, le sport professionnel doit aussi avoir une utilité sociale et écologique. Nous y reviendrons plus tard lors des débats métropolitains consacrés aux Missions d’Intêret Général. 

Si Le sport est un excellent « ambassadeur », nous sommes attentifs à l’éthique et aux valeurs qu’il porte. L’inégalité de traitement entre le sport masculin et féminin est manifeste.  Je vous invite à lire le livre d’une sociologue de Béatrice Barbusse le Sexisme dans le sport.

Les discriminations perdurent malgré un niveau similaire de compétences, d’engagement et d’exigence.

 En effet, nous déplorons comme beaucoup d’entre nous qu’au niveau national le sport professionnel féminin au global ne dispose pas de mêmes moyens que les équipes masculines.

Des exemples : la retransmission dès match à la Tv et par voie de conséquence le partenariat public et ou privé est parfois différent, comme la disparité des moyens financiers et matériels qui leur sont attribués….


Alors que nous sommes soucieuses et soucieux de promouvoir le sport féminin, nous sommes INTERROGATIFS sur la suggestion proposée sur ce rapport à savoir : prévoir un investissement de 4 700 000€ pour un aménagement de stade sur un espace vert régulièrement utilisé par les habitants du quartier sans envisager une mutualisation des espaces logistiques existant ?


J’irai donc droit au but sur nos interrogations concernant cet investissement :

1 / pourquoi budgéter un tel investissement alors qu’une qu’il existe déjà une structure utilisée par le sport masculin ? (A niveau de championnat équivalent, structure équivalente, moyens financiers équivalents…)

2/ Dans ce rapport 13, il est précisé que les normes sont imposées par la D1, mais pouvons-nous en avoir le détail, pour une fois encore constater quelles sont les différences d’exigences entre les équipes masculines et féminines et donc des décisions arbitraires qui peuvent nous amener à faire des choix non équitables en instance de décision municipale.

Par conséquent, pouvons-nous être innovants et proposer une mutualisation des structures entre les équipes masculines et féminines d’autant que nos équipes sont sur le même niveau de championnat ?


Je n’ose imaginer que les sportifs masculins ne veuillent pas partager des structures logistiques au côté de sportives qualifiées et compétentes.

C’est au regard de deux enjeux, que je vais développer, que nous demandons la mutualisation des structures qui correspond déjà à toutes les normes et exigences …etc

  1. Première enjeu :

Mutualiser en effet les équipements entre sport masculin et féminin de même catégorie alors que la collectivité a déjà investi des sommes non négligeables pour la rénovation du stade Gaston Gérard n’est pas une ineptie.   A l’heure ou la fédération de football brésilienne, s’est engagée sur l’égalité des rémunérations des joueuses et des joueurs professionnels, nous souhaitons que des moyens équivalents soient attribués aux deux équipes…

  • Second enjeu :

Alors que les scientifiques nous alertent sur l’accélération du changement climatique, la préservation des espaces verts et la végétalisation sont les moyens les plus efficaces pour le ralentir, nous y adapter et offrir des espaces de respiration aux habitants : cela implique de ne pas bétonner encore plus, et de préserver chaque espace vert comme une ressource précieuse…

…L’urgence climatique comme les inégalités et les discriminations de genre, dans le sport notamment, demandent des actes forts, responsables et courageux, c’est cette vision écoféministe de transformation de la société que je souhaite défendre et que je vous propose de considérer en étudiant sérieusement la proposition de notre groupe.

Stop à la domination de L’Homme sur la Nature et sur les Femmes

En l’état, nous voterons contre ce rapport car le sport féminin et la nature en ville n’ont pas vocation à être des variables d’ajustement d’une vision patriarcale et d’une approche qui réfute une juste répartition des moyens à niveau de compétences égales.