Conseil municipal du 16 décembre : intervention de Catherine Hervieu relative aux engagements climat-énergie
Partager

Monsieur Masson a présenté une synthèse de l’action de la ville sur 10 ans en matière climat-énergie. Nous avons soutenu d’autant plus activement cette démarche volontaire et ambitieuse que nous voyons bien l’inertie internationale des différentes parties engagées dans les Conférences Climat. Inertie mortifère parce que l’inaction des États nous conduit à une hausse de plus de 3°C d’ici la fin du siècle, avec des conséquences sur le quotidien de toutes et tous déjà prévisibles bien avant. Ainsi de façon récurrente à chaque conseil de fin d’année, et celui-ci n’y échappe pas avec l’échec de la COP 25 de Madrid, nous déplorons l’incapacité des États à relever le défi climatique. A l’exception de la COP21 qui avait débouché sur l’accord de Paris, une première sur le plan diplomatique mais dont le prix à payer devient très très problématique puisqu’on avait repoussé alors la question qui fâche : celle des moyens, des ressources financières perçus comme autant de contraintes alors que cela devrait permettre d’engager résolument un nouveau cycle planétaire à la hauteur du défi climatique. Du coup, cela renforce encore plus nos responsabilités en tant qu’élu.es locaux pour poursuivre les actions pour diminuer la production et les émissions de GES sur notre territoire, en faire un territoire résilient, notamment pour les personnes et familles les plus modestes conformément aux valeurs de justice sociale et de solidarité que nous portons. Alors que la présidente de la commission européenne venait tout juste d’annoncer un Green New Deal, on se demande comment les chefs d’Etat de l’Union, dont le président français, ont pu laisser filer cet échec malgré les attentes fortes des associations, des citoyens engagés, des efforts des gouvernements locaux et des collectivités dont la nôtre. Aller plus vite et plus loin dans nos territoires est donc un impératif montrant aux gouvernements, à la nouvelle commission européenne qu’aller vers le zéro carbone est possible. Que c’est d’autant plus possible qu’au-delà des chiffres et schémas présentés ce soir, indicateurs d’une ville qui agit pour un modèle énergétique plus sobre, il s’agit, pour gagner la bataille du climat, de construire avec les habitants la ville de demain. Cette implication citoyenne est essentielle pour engager la transition des modes de vie tout en ciblant les besoins des habitants et y apporter les réponses pertinentes. Cette dynamique engagée dans les territoires doit contribuer à peser pour la réussite de la COP 26 à Glasgow ; ce dont nous l’espérons, le conseil municipal de décembre 2020 saura se l’approprier pour une part.