Dijon et Dijon Métropole : Quels périmètres et moyens d’actions pour la transition écologique des territoires ?
Partager

Dans le cadre des votes des budgets 2018 de Dijon et de Dijon Métropole, les élus écologistes ont exprimé leurs priorités alors que la pression du gouvernement sur les budgets locaux des plus grandes villes se concrétise avec le Projet de Loi de Finances adopté le 21 décembre.

Avec 13 milliards d’économies à réaliser entre 2018 et 2022, la rigueur imposée menace la qualité des services publics de proximité, l’investissement local, la construction de logements et donc l’emploi dans les territoires. La méthode de contractualisation entre l’Etat et les 340 collectivités les plus importantes pose la question d’une recentralisation qui ne dit pas son nom. Elle pose aussi la question du frein à la réalisation des projets pour lesquels les citoyens et citoyennes avaient donné mandat lors des élections de 2014.

Ces décisions technocratiques descendantes mettent ainsi en difficulté les territoires alors que la Ville et la Métropole oeuvrent au développement de logements de qualité, des mobilités sans polluer, de l’économie locale, à la préservation du tissu social avec le soutien aux associations.

De plus, face à l’urgence climatique et environnementale, il y a les paroles et les actes. Les présidents avant Emmanuel Macron ont fait de grandes déclarations sur l’environnement et le climat, mais leurs concrétisations sont à la peine. Face aux atermoiements des États et le poids de certains lobbys, les collectivités comme Dijon et Métropole construisent depuis des années des territoires résilients qui s’adaptent aux effets du changement climatique. Les budgets qui viennent d’être votés vont renforcer, au moins pour 2018, cette dynamique, sous l’impulsion des élus écologistes, avec des priorités clairement affichées : économies d’énergie sur le bâti public, isolation des logements notamment des logements sociaux, développement du réseau de chaleur et des cheminements cyclables et piétons, créations de nouveaux espaces verts, amélioration du réseau de transports en commun, la renaissance du vignoble dijonnais.

Pour autant, les élus écologistes des communes de la Métropole demandent au gouvernement une clarification du rôle des collectivités et de leurs ressources, dont les nôtres, pour le maintien du tissu social et économique et la transition écologique des territoires.

Les élus de la Ville de Dijon et de la Métropole